Après avoir testé quelques semaines les versions dev puis bêta de Windows 11, je suis vraiment conquis. Avec sa nouvelle interface, son nouveau menu démarrer, les nouveaux paramètres, Windows 11 est beau, stable et fonctionnel : c’est simple, je l’utilise au quotidien et j’ai pratiquement délaissé Windows 10 – pourtant resté en dual boot. Cet article n’est pas un tuto, mais uniquement mon ressenti de simple end user.

1- Un temps d’installation et de démarrage record. 

Comme beaucoup de windowsiens qui se respecte, on connaît et on a vécu ce qu’est la réinstallation de Windows, avec ses multiples mises à jour et les interminables attentes qu’elles génèrent : sur mon ordinateur pourtant bien véloce, je n’ai jamais pu faire fonctionner une “clean install” de Windows en moins de 30 minutes. Là, l’impression de rapidité est manifeste : l’installation proprement dite s’est passée en 10min chrono, et avec deux mises à jour et reboot, tout était fonctionnel. Mais la vraie bonne surprise vient du temps de démarrage et l’ouverture de session : 15 secondes montre en main pour le premier et instantané pour le second. Pas besoin de clé Windows ni d’activation quelconque, la licence numérique liée à mon compte Microsoft a fait le travail.

Bien évidemment, le système est neuf donc c’est le minimum qu’on attend de lui, mais cela risque de se dégrader dans le temps. Microsoft a donc prévu de permettre à l’utilisateur de contrôler très facilement toutes ces applis qui s’incrustent sournoisement au démarrage, en lui donnant la possibilité de désactiver d’un clic leur lancement automatique.

Paramètre Applications > Démarrage
Paramètre Applications Démarrage Windows 11

2 – La stabilité.

C’est l’autre bonne nouvelle : pour un OS sensé être encore en version de test, Windows 11 est remarquablement stable. Tous mes périphériques et mon matériel ont pu être détectés et la plupart ont pu fonctionner sans autres manipulations. En tout, j’ai dû faire une installation manuelle pour ma carte TV Avermedia, ainsi que ma carte son Sound Blaster 7. Je n’ai rencontré le moindre problème de pilote. Certes, Windows 11 hérite de beaucoup de Windows 10, mais pour avoir utilisé ce dernier ces 5 dernières années, on sent que Windows 11 est bien repensé, plus abouti, que les ingénieurs Microsoft ont eu le temps de travailler posément, sans la pression ni le brouhaha du système Insider. Certes, ils l’ont inclus depuis juin 2021 dans le circuit, mais une fois le produit presque fonctionnel, contrairement à Windows 10 où chaque nouvelle fonctionnalité était démocratiquement élue, débattue, plus ou moins testée, pour finalement se retrouver bien boguée dans la version en prod.

Paramètre Bluetooth et Appareils Windows 11

3 – Une nouvelle interface qui m’a rendu accro.

Alors ok, je suis bon public, je m’émerveille assez facilement. Mais la dernière fois que j’ai eu cette agréable sensation c’était lors du passage de Windows 2000 à Windows XP… Comparaison tirée par les cheveux mais que j’assume totalement : l’UI de Windows 11 est totalement accurate dans un monde où les autres OS, ceux du libre comme celui d’Apple, ont désormais leur place, et Windows n’est plus le seul maître à bord de l’informatique domestique. Le nouveau menu démarrer, bien que presque habituel chez ces derniers, est disruptif pour un windowsien pur et dur comme moi, mais c’est tellement ergonomique et intuitif qu’on l’adopte presque naturellement. Pour les plus fondamentalistes, Microsoft a tout de même prévu de laisser l’utilisateur le choix entre la position centrée, ou à gauche comme lors de versions précédentes.

Bureau Windows 11 – Thème sombre
Paramètre Personnalisation > barre des tâches
Explorateur Windows – Windows 11

Conclusion : Windows 11 est une belle réussite, en termes de stabilité, d’ergonomie, de fluidité. C’est un OS prêt pour le cross device, voire le Cloud computing, et c’est sans surprise que Redmond a annoncé dans la foulée la commercialisation de Microsoft 365. De belles promesses donc, surtout qu’on nous annonce la possibilité d’installer les applis Android, ce qui constituera, si elle est réussie, un véritable tourant dans l’expérience utilisateur.

4-Mais

Mais comme la perfection n’est pas de ce mode, il y a des reproches qu’on peut légitimement formuler à son encontre.

La première, et non des moindres, c’est la question de configuration matérielle requise, qui exclut d’emblée un grand nombre de PC en parfait état de fonctionnement. Microsoft avance des raisons de sécurisation et d’autres motifs encore, mais c’est un vrai sujet, non seulement écologique, voire éthique, mais surtout une source de totale incompréhension pour ceux qui sont concernés.

Ensuite, et même si dans sa globalité, c’est un système bien abouti, il n’en demeure pas moins que ça reste une bêta : j’ai constaté quelques comportements étranges du clic droit de la souris, qui disparaît furtivement et ne s’affiche qu’au bout de 2 ou 3 clics insistants. J’ai aussi eu droit à un blocage de l’explorateur Windows quand j’ai voulu déplacer l’emplacement du dossier Musique…

Autre chose qui m’a aussi ennuyé, c’est la configuration automatique de OneDrive : impossible de sélectionner manuellement le dossier d’emplacement des fichiers, Windows 11 crée immédiatement un répertoire OneDrive dans le profil utilisateur, alors j’en ai déjà sur ma machine. Il m’a fallu supprimer le lien OneDrive pour tout remettre en ordre.

Finalement, et ce sera toujours mon plus grand regret : Windows 11 a (encore) raté le virage multimédia que j’attendais tant : l’OS était sur une belle lancée pour s’aligner sur ses concurrents, mais il a laissé tels quels les applis vieillissantes comme Groove ou Films et TV, et table sur les applis PWA ou les applis Google pour laisser le choix à l’utilisateur. Qui a donc toujours le dernier mot.

EDIT DU 21/08 : Windows 11, dix jours après

Dix jours après avoir publié l’article, et après avoir effectué la mise à jour 22000.160, j’ai définitivement abandonné Windows 10 et utilise désormais Windows 11 comme mon système principal. Mais cela n’a pas été sans heurts, car sur ma configuration spécifique, j’ai eu pas mal de soucis :

  • Problème d’apps du Windows Store : impossible de mettre à jour les applis Photos et Film et TV. Impossible aussi de télécharger Itunes. Code erreur Code : 0x80070005 à chaque fois pour les 3, bien évidemment je ne suis pas le seul ni le premier (ces problèmes étaient d’ailleurs déjà connus sous Windows 10). Plus ennuyeux, je ne pouvais plus lire un film que j’avais acheté il y a quelques années. Bien évidemment, aucun de ces problèmes n’a pu être résolu avec la réinitialisation du Store. J’ai donc dû procéder à la suppression totale de mon compte utilisateur et de le re créer pour que les soucis du Windows Store disparaissent, ce qui m’a permis d’éviter une réinstallation complète du système.
  • Impact des paramètres de confidentialité sur les applis X86: c’était le plus inattendu. En ayant désactivé l’accès au microphone, mon panneau de contrôle Sound Blaster n’arrivait plus à activer le bon encodeur. Problème déjà connu et que j’ai pu résoudre grâce à ce thread. La désactivation de l’accès aux captures d’écran de son côté a provoqué ni plus ni moins le crash de l’appli Aver Mediacenter.

A suivre…

%d blogueurs aiment cette page :